Travail décent ou politiques indécentes

DAVOS – Le programme de développement durable à l'horizon 2030 de l'Organisation des Nations Unies engage les Etats membres de l’ONU à « ne laisser personne sur le bord de la route ». Un élément essentiel de cet engagement – repris dans le propre agenda de l'Organisation internationale du travail – est d’assurer un travail décent pour tous. A un moment où la frustration et la désillusion des travailleurs s’expriment dans les élections à travers le monde, cet objectif ne pourrait pas être plus important.

De nos jours, l'espoir que chaque génération sera mieux que la précédente, à la fois socialement et économiquement, n’est plus automatique. Pour beaucoup, la mobilité descendante est devenue la nouvelle norme.

Rien d'étonnant, dans ce cas, que la frustration qui couvait depuis longtemps concernant la façon dont la mondialisation a été gérée, ainsi que le ressentiment face à la répartition inéquitable de ses gains, aient alimenté la réaction politique qui déferle sur le monde depuis quelques temps. Cette désillusion est issue, au moins en partie, de la propre expérience de travail des personnes, que ce soit l'exclusion pure et simple du marché du travail, les conditions de travail médiocres ou les bas salaires.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/nGWOTDd/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.