29

Performances économiques et instabilité politique

MILAN/STANFORD – Depuis 35 ans les démocraties occidentales sont frappées de plein fouet par l'instabilité politique. Cela se traduit par des changements fréquents du ou des partis au pouvoir, de leur programme et de leur philosophie. Cette situation s'enracine au moins en partie dans les difficultés de l'économie et ses transformations. La question est maintenant de savoir comment améliorer les performances économiques à un moment où l'instabilité constitue un obstacle à la mise en oeuvre d'une politique.

Dans un article récent, l'un de nous, David Brady, montre la corrélation entre l'instabilité politique croissante et la baisse des performances économiques. Ce sont les pays dont les performances sont inférieures à la moyenne qui connaissent la plus grande volatilité électorale. Plus précisément, cette instabilité correspond dans les pays avancés à une diminution des emplois industriels. Même si l'intensité de ce déclin n'est pas la même d'un pays à l'autre (par exemple il est bien plus marqué en Allemagne qu'aux USA), ses caractéristiques sont pratiquement identiques.

Au cours des 15 dernières années, le développement de technologies digitales puissantes a  permis l'automatisation et la désintermédiation de nombre d'emplois manuels et d'emplois de bureau à caractère répétitif. Avec les progrès de la robotique, des matériels utilisés, de l'impression 3D et de l'intelligence artificielle, on peut s'attendre à ce que ce mouvement se prolonge.

La montée des technologies digitales a dopé la capacité des entreprises à gérer efficacement des chaînes logistiques complexes, avec de multiples sources réparties dans le monde. De ce fait, elles bénéficient de l'intégration de l'économie mondiale. Les services devenant de plus en plus exportables, la part de l'emploi manufacturier a chuté de 40% en 1960 à environ 20% aujourd'hui. Mais dans la plupart des pays avancés, le secteur exportateur n'a pas créé beaucoup d'emplois - en tout cas pas suffisamment pour compenser les pertes d'emplois dans le secteur manufacturier. Ainsi aux USA, au cours des 20 dernières années, la création nette d'emplois dans le secteur des biens et services exportables (le tiers de l'économie) a été pratiquement nulle.