16

Les superpuissances migratoires

LONDRES – Nous sommes entrés dans l'ère de la migration. Si toutes les personnes qui vivent en dehors du pays de leur naissance s’unissaient pour former un pays à eux – une république des déracinés – il s’agirait du cinquième plus grand pays du monde, avec une population dépassant les 240 millions de personnes.

Bien que beaucoup de choses aient été écrites sur la façon dont un monde qui se déplace est en train de changer la manière de penser les politiques nationales, ses effets géopolitiques n’ont pas reçu autant de considération. Or, les mouvements de masse de populations ont d’ores et déjà crée trois types de superpuissances migratoires : les nouveaux colonialistes, les intégrateurs et les intermédiaires.

Les nouveaux colons rappellent les colons venus d'Europe qui se propagèrent à travers le monde au cours des XVIIIe et XIXe siècles, faisant du profit non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour leur pays d'origine. De même, les populations les plus mobiles du XXIe siècle aident leur pays d'origine à obtenir un accès aux marchés, à la technologie et à une voix politique dans le monde.

Le journaliste américain Howard W. French décrit comment l’Afrique est devenue le « deuxième continent de la Chine », avec plus d'un million de nouveaux colons chinois qui sont en train de transformer l’Afrique sub-saharienne. Alors qu’il y a plus de citoyens chinois vivant en dehors de la Chine continentale qu’il n’y a de Français vivant en France, une histoire similaire se joue sur presque tous les continents. Lorsque ces migrants retournen en Chine, leurs connaissances sont savamment récoltées. Appelés en Chine « tortues de mer », ils dominent l'industrie technologique de leur pays.