Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

ghosh12_AGUSTINmARCARIANAFPGettyImages_lagardeargentinafinancepanel Agustin Marcarian/AFP/Getty Images

Les dernières victimes du FMI

NEW DELHI – Le processus de sélection du prochain directeur général du Fonds monétaire international doit changer. En particulier, la tradition de choisir un Européen pour ce poste – basée sur un « gentlemen agreement » injuste et anachronique conclu avec les Etats-Unis lorsque l'institution a été créée il y a 75 ans – doit être abandonnée. Mais, plus important encore, l’approche suivie de longue date par le FMI pour accorder ses prêts devrait être transformée.

Le Fonds a une longue histoire d'erreurs politiques. Et pourtant, comme l’a démontré le mandat de Christine Lagarde qui vient de s'achever, peu de leçons ont été tirées. Prenons le cas de l'Argentine. À la mi-2018, le FMI a accepté d’accorder au pays un prêt de trois ans d’une valeur de près de 57 milliards de dollars, déboursés en grande partie en début de période – le plus important dans l'histoire de l'institution – suite à une série de décisions téméraires du président Mauricio Macri.

Une de ces décision, prise peu de temps après sa prise de fonction en 2015, avait pour but de trouver un accord avec les créanciers récalcitrants qui se battaient encore devant les tribunaux américains pour être remboursés intégralement suite au défaut sur la dette de 2002 et la restructuration qui s’en est suivie en Argentine. Une autre décision de Macri a ensuite été d’emprunter de manière frénétique, ce qui a provoqué une augmentation de la dette publique – principalement libellée en dollars – de plus d'un tiers, pour atteindre 321 milliards de dollars en 2017.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/DUu5RaVfr;
  1. solana114_FADEL SENNAAFP via Getty Images_libyaprotestflag Fadel Senna/AFP via Getty Images

    Relieving Libya’s Agony

    Javier Solana

    The credibility of all external actors in the Libyan conflict is now at stake. The main domestic players will lower their maximalist pretensions only when their foreign supporters do the same, ending hypocrisy once and for all and making a sincere effort to find room for consensus.

    3

Edit Newsletter Preferences