Christine Lagarde IMF/Flickr

La crise de l'euro du FMI

OXFORD – Au cours des dernières décennies, le Fonds Monétaire International a tiré six leçons importantes sur la façon de gérer les crises de déficit public. Pourtant dans sa réponse à la crise grecque, le FMI n'a tenu compte d'aucune de ces leçons.

La participation du Fonds à l'effort de sauvetage de la zone euro aurait pu redorer son blason et séduire les Européens. Mais son échec, ainsi que celui de ses actionnaires européens à se conformer à ses propres meilleures pratiques, risquent finalement de causer sa perte.

Une leçon clé a été ignorée dans la débâcle de la Grèce : quand un plan de renflouement est nécessaire, il doit être mis en œuvre une bonne fois pour toutes. Le FMI a appris cela en 1997, quand un renflouement insuffisant en Corée du Sud a contraint à un second tour de négociations. En Grèce, le problème est encore plus grave, car le plan de renflouement de 86 milliards d'euros (soit 94 milliards de dollars) actuellement à l'étude suit un plan de renflouement de 110 milliards en 2010 et un plan de sauvetage de 130 milliards en 2012.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/ZPcRlsq/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.