0

Imaginons la récession

Depuis plusieurs mois, les marchés mondiaux immobilier, pétrolier et boursier sont plongés dans la tourmente. Pourtant, la confiance des consommateurs, les dépenses d’investissement, et l’emploi sont encore relativement indemnes. Pourquoi ?

En fait, la confiance des consommateurs et du milieu des affaires est essentiellement irrationnelle. La psychologie des marchés est dominée par les images publiques que nous avons en tête au jour le jour et qui forment la base de notre imaginaire et des histoires que nous nous racontons les uns aux autres.

Les illustrations populaires de catastrophes passées font partie de notre folklore. Elles sont souvent enfouies au fin fond de notre mémoire, mais reviennent nous perturber de temps à autre. A l’instar des mythes traditionnels, ces images vivaces et partagées incarnent les craintes profondément ancrées dans notre psychisme. Celles qui ont accompagné les épisodes passés des déboires du marché sont largement absentes aujourd’hui.

Pensez à la crise du pétrole qui a débuté en novembre 1973 et entraîné un krach boursier et une brusque récession mondiale. Des images fortes se sont gravées dans l’esprit des gens à partir de là : les longues files de voiture aux stations essence, les personnes allant au travail à vélo, les dimanches sans essence et autres programmes de rationnement.