0

N'oublions pas la Serbie !

Berlin – Peu avant Noël, le gouvernement serbe a présenté formellement sa candidature à l'UE . Quelques jours plus tôt, l'exigence d'un visa pour les ressortissants de Serbie, du Monténégro et de Macédoine souhaitant se rendre dans l'UE avait été levée. Ce premier pas a provoqué une exultation générale dans ces trois pays et accru leurs attentes à l'égard de l'UE .

Par contre en Europe les réactions ont été peu marquées ou non existantes. L'opinion publique n'est pas favorable à l'élargissement. La majorité des Etats membres et des citoyens de l’Union préféreraient y mettre un terme une fois pour toute, alors que c'est le moyen le plus efficace pour l'Europe de projeter sa puissance . Sous le couvert de l'anonymat, à Bruxelles des diplomates de haut rang auraient déclaré que la candidature Serbie est prématurée – en dehors de cela c'est un silence embarrassé qui a dominé.   

Epuisés et frustrés par les négociations sur le climat à Copenhague, les dirigeants européen s ne paraissaient pas d'humeur à traiter les questions relatives à l'élargissement de l'UE . Etant donné l'atmosphère politique qui domine dans les 27 pays membres, ils sont convaincus qu'ils n'ont rien à gagner à entamer des discussions sur un élargissement supplémentaire.

Il en résulte une sorte de crépuscule psychologique qui plane menace le projet européen . C'est tragique parce que nous passons à coté d'occasions uniques et même historiques. La candidature de la Serbie à l'UE est précisément l'une de ces occasions.