Pour un partenariat mondial

RANGOUN – Selon un vieil aphorisme, "toute politique est locale". Pourtant on peut affirmer qu'aujourd'hui tous les problèmes sont mondiaux. Ainsi, les dirigeants des pays du G8 qui se rencontrent en Italie doivent réexaminer leurs politiques pour traiter ensemble les problèmes qu'aucun d'eux ne peut résoudre à lui tout seul.

On a vu au cours des deux dernières années une cascade de crises interdépendantes : la panique financière, la hausse du prix de l'alimentation et du pétrole, le choc climatique, l'épidémie de grippe, etc. La coopération politique face à ces problèmes ne relève pas de la courtoisie, c'est devenu une nécessité.

L'étroitesse de cette interdépendance est surprenante. Le virus H1NI1 a été identifié en avril dans un village au Mexique et on le retrouve aujourd'hui dans plus d'une centaine de pays. Les effets de la faillite de Lehman Brothers en septembre dernier se sont fait sentir dans le monde entier en quelques jours - même dans les villages les plus reculés d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine avec la diminution des envois de fonds des travailleurs émigrés, l'annulation de projets d'investissements et la baisse des prix à l'exportation. De la même manière, ces dernières années le réchauffement climatique dans certaines régions d'Europe, d'Australie, d'Asie et d'Amérique a contribué à la hausse du prix des produits alimentaires, une hausse qui a frappé en priorité les pauvres et entraîné des troubles et des difficultés dans des dizaines de pays.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/t29V063/fr;