4

Les diplomates au comportement indigne

NEW YORK – Les diplomates, normalement des personnalités discrètes qui fuient la publicité, ont été très présents dans les médias dernièrement, et ce pour toutes les mauvaises raisons. L’arrestation récente de deux diplomates a jeté un éclairage sur les raisons, et les limites, de l’immunité dont disposent en général ces hauts fonctionnaires face à la juridiction locale.

Dans le premier cas, Dmitri Borodin, le conseiller de l'ambassade de Russie à La Haye, a été arrêté une nuit d’octobre dernier après que des voisins aient appelé la police néerlandaise en affirmant que Borodin, apparemment sous l’emprise de l’alcool, brutalisaient ses deux jeunes enfants. Il a été menotté à son domicile et emmené au poste de police.

Selon la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, les diplomates ne peuvent être poursuivis dans le cadre des lois en vigueur dans les pays hôtes. Le président russe Vladimir Poutine a donc immédiatement demandé que les autorités néerlandaises présentent des excuses officielles pour avoir fait fi de l’immunité diplomatique de Borodin. Le politicien russe fauteur de troubles Vladimir Zhirinovsky a appelé ses partisans à briser les fenêtres de l’ambassade des Pays-Bas à Moscou. Une semaine plus tard, un diplomate hollandais en poste dans la capitale russe a été passé à tabac chez lui par des hommes armés (aucun lien entre les deux affaires n’a pu être prouvé).

Ces incidents tombaient au plus mal. Le souverain batave, Willem Alexander, était sur le point de se rendre en Russie pour célébrer les relations cordiales entre les deux pays dans le cadre de la soi-disant « Année Pays-Bas – Russie ». Le ministre hollandais des Affaires étrangères s’est dûment excusé auprès du gouvernement russe pour l’intervention de la police et Borodin a été rappelé à Moscou.