De quoi garder le sourire

LONDRES – Au moment où je prends la plume, ma femme me lance un défi de circonstances : « Noël approche, époque de paix et de réjouissances. Et si tu essayais d'écrire quelque chose qui rende les gens heureux ? »

Cette demande en apparence badine est en fait une tâche redoutable. Le virus Ebola décime les populations et les moyens de subsistance en Afrique de l'Ouest. Une légion de brutes islamistes terrorise la Syrie et l'Irak. Les forces du président russe Vladimir Poutine ont envahi la Crimée et l'Est de l'Ukraine. Ajoutez à cela une économie mondiale chancelante et il semble y avoir peu de raisons de se réjouir en cette fin d'année.

Mais le bonheur est un phénomène complexe. Les personnes qui vivent dans la misère peuvent se sentir plus heureuses, plus souvent que leurs homologues plus « riches ». C'est ce genre de contradiction qui alimente les recherches en sciences sociales et en neurologie, consacrées à cette question séculaire : quel est le secret du bonheur ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/QPRfPR6/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.