2

Le renard et la BCE

PARIS – Une revue économique française a récemment nommé la directrice générale du FMI Christine Lagarde personnalité vivante française la plus influente sur le plan international – loin devant le président François Hollande. Ce choix a peut-être été motivé par des raisons politiques, mais il n’en reste pas moins que Madame Lagarde est sans aucun doute la plus éminente personnalité féminine française vivante.

La compétition dans cette catégorie n’est pas particulièrement rude. Valérie Trierweiler, compagne du président Hollande, s’est fait connaître par un tweet politique déplacé sur sa prédécesseure, et s’est depuis mise en retrait derrière le pare-feu de l’Elysée. Et Brigitte Bardot n’est plus précisément la force de la nature qu’elle fut.

Cela pourrait bien changer. Le Parlement Européen vient de confirmer la nomination de Danièle Nouy, de la Banque de France, pour présider le tout nouveau conseil de surveillance de la Banque Centrale Européenne.

Cette annonce arrive moins d’un mois avant que la BCE ne se charge de la supervision directe de quelques 130 banques représentant plus de 80% des actifs bancaires de la zone euro, alors que les banques nationales plus petites restent sous la juridiction d’agences de surveillance locales. Mme Nouy (avec laquelle j’ai travaillé) est très compétente et capable, et dotée d’une formidable combinaison de détermination et de charme. Elle aura besoin de tous ces attributs et plus encore pour que fonctionne de manière efficace ce nouveau système bancaire de l’Europe.