La "vieille Europe" et les nouveaux membres de l'U.E

Le 1° mai, 8 pays post-communistes auxquels s'ajoutent Chypre et Malte ont rejoint l'UE. Vu d'Europe de l'Ouest, ces pays semblent avoir des positions similaires sur la plupart des problèmes importants et depuis l'intervention américaine en Irak, ils paraissent former une sorte de bloc.

La petite phrase de Donald Rumsfeld, le secrétaire américain à la défense, sur la "vieille Europe" était une astuce destinée à soutenir le gouvernement américain en utilisant la vieille stratégie du "diviser pour régner". Mais même si elle traduisait de réelles différences entre les membres de longue date de l'UE et les nouveaux arrivants, cette remarque a contribué à renforcer l'impression fausse que ces derniers partagent une sorte d'identité commune et le même agenda politique. Donald Rumsfeld a réussi à mettre de l'huile sur le feu dans la mesure où l'Europe occidentale est encore plus ignorante de l'Europe de l'Est que ne l'est l'Amérique.

En réalité, il y a de grandes différences entre les nouveaux membres de l'UE. Même au sujet de l'Irak, ils n'avaient pas tous la même position. Tandis que certains pays à l'exemple de la Pologne soutenaient pleinement l'effort de guerre américain, d'autres avaient une position plus nuancée et disaient "comprendre" la position de l'Allemagne et de la France. D'autres encore, comme la Slovénie, se sont rangés du coté de la "vieille Europe".

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/6MHSW2m/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.