haass112_HirurgGettyImages_coronavirususmilitarywarposter Hirurg/GettyImages

En guerre contre un virus

NEW YORK – Le président américain Donald Trump s'est qualifié de président pour temps de guerre, et de nombreux autres dirigeants dans le monde utilisent un langage similaire. C'est une description qui soulève une question évidente : qu'est-ce que l'histoire et la nature de la guerre nous apprennent au sujet de la lutte contre un virus ?

Bien que la guerre soit normalement une politique de dernier recours, ne pas affronter un ennemi déterminé à attaquer et à causer une menace imminente peut être mortel. En effet, l'ennemi s'est transformé d'une épidémie locale à Wuhan en une pandémie mondiale, précisément parce que les autorités chinoises ont perdu de précieuses semaines avant d'y faire face. Les dirigeants chinois ont d'abord dissimulé l'épidémie et ont permis à des millions de personnes de quitter Wuhan bien qu'un grand nombre d'entre elles aient été porteuses du virus.

Les États-Unis ont également manifesté une réticence initiale généralisée à partir en guerre. Cela n'a rien de surprenant. La guerre comme dernier recours est l'un des principes de la théorie de la « guerre juste », le corpus de doctrines qui a émergé au Moyen Âge et qui avait pour but de rendre les guerres moins fréquentes et moins violentes.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading and receive unfettered access to all content, subscribe now.

Subscribe

or

Unlock additional commentaries for FREE by registering.

Register

https://prosyn.org/qyHOW9Tfr