A quoi bon la crise ?

Tandis que la crise financière mondiale touche le fond, la frustration politique va croissant. En effet, l’écroulement conjoncturel offre une dernière chance de promouvoir un coup de théâtre, que nous pourrions bien manquer. L’année dernière, le chef de cabinet à la Maison Blanche Rahm Emanuel a fait noter qu’il fallait toujours tirer profit d’une crise. Car, une catastrophe donne l’occasion de repenser à la marche du monde et à l’améliorer de manière substantielle – tout en prévenant d’autres crises éventuelles. La population est amenée à beaucoup réfléchir, mais il arrive parfois qu’elle pense tant que les réponses apportées soient contradictoires.

La vaste palette de diagnostics et remèdes en tous genres montre justement que cette crise est bien ancrée. Les débats politiques passionnés soulevés par les divergences d'interprétation semblent aussi rendre la crise insoluble. Ce sont ces différends, plutôt qu’une déficience technique des rouages économiques, qui ont fait de la Grande Dépression de 1930 un événement si désastreux et destructeur.

Il existe deux types de réponses à une crise. Le premier vise à réorganiser les institutions, afin de supprimer inefficacité et mesures perverses et de rendre le fonctionnement de l’économie plus efficace et harmonieux. Le second , plus radical, s’efforce d’améliorer, non pas l’économie, mais la manière dont nous gérons notre propre vie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

Log in

http://prosyn.org/fC0jvuz/fr;