44

L’argument en faveur de l’Inde

NEW DELHI – Les fans de cricket indiens sont maniaco-dépressifs dans le traitement qu’ils réservent à leurs équipes favorites. Ils élèvent les joueurs à des statuts de quasi-dieux quand leur équipe joue bien, niant les faiblesses évidentes ; cependant, quand elle perd, comme ça arrive à toute équipe, la chute est tout aussi raide et toutes les faiblesses sont disséquées. En fait, l'équipe n'est jamais aussi bonne que ce que les fans font valoir quand elle gagne, ni aussi mauvaise que ce qui est dit en cas de perte. Ses faiblesses existaient également dans la victoire, mais étaient négligées.

Un tel comportement bipolaire semble s'appliquer également aux évaluations de l'économie indienne, alors que les analystes étrangers rejoignent les Indiens dans leur oscillation entre exubérance excessive et auto-flagellation. Il y a quelques années, l'Inde ne pouvait pas échouer. Les commentateurs parlaient de « Chindia », élevant la performance de l'Inde à hauteur de celle de son voisin du nord. Aujourd'hui, l'Inde est condamnée à échouer.

L'Inde a effectivement de sérieux problèmes. La croissance annuelle du PIB s’est nettement ralentie au dernier trimestre, à 4,4%, l'inflation des prix à la consommation est élevée et les déficits courants et budgétaires de l'an dernier étaient trop importants. Chaque commentateur aujourd'hui met en évidence l'insuffisance des infrastructures de l'Inde, une réglementation excessive, un secteur manufacturier étriqué et une main-d'œuvre qui manque d’une éducation et de compétences adéquates.

Il s’agit en effet de carences, qui doivent être résolues si l'Inde veut connaitre une croissance forte et stable. Cependant, les mêmes lacunes existaient quand l'Inde se développait rapidement. Pour se rendre compte de ce qui doit être fait à court terme, il importe de comprendre ce qui a atténué la success story indienne.