0

Comment les victimes du terrorisme sont devenues des bourreaux

Pourquoi l'Amérique connaît-elle des problèmes ? Le 11 septembre fut un événement traumatisant qui a secoué la nation jusque dans ses fondations, mais cela n'aurait pas changé le cours de l'histoire et mené au pire si le Président Bush n'avait pas réagi comme il le fit. Déclarer la guerre au terrorisme est chose compréhensible, peut-être même appropriée, si l'on peut dire. Le problème vient du fait que le Président Bush en est resté au sens littéral.

Je pense qu'il existe un lien direct entre cela et les mauvais traitements que les soldats américains ont infligé aux détenus de la prison d'Abou Ghraib. Ce qui s'est passé à Abou Ghraib ne relève pas de l'existence de quelques brebis galeuses mais bien d'un schéma toléré et même encouragé par les autorités américaines. Ainsi, par exemple, le corps des juges-avocats généraux observe habituellement les interrogatoires militaires derrière une glace sans tain, une pratique qui a été abandonnée en Afghanistan et en Irak. La Croix rouge internationale et d'autres organisations ont commencé à se plaindre de ces abus dès décembre 2002.

Il est facile de voir comment le terrorisme peut mener à la torture. L'été dernier, j'ai mené un sondage informel lors d'une réunion avec des investisseurs de Wall Street pour voir s'ils tolèreraient l'utilisation de la torture pour empêcher une attaque terroriste. Le consensus qui se dégagea alors est qu'ils espéraient que quelqu'un le ferait sans qu'ils en soient informés.

Les Américains, malheureusement, sont aujourd'hui des victimes qui se sont transformées en bourreaux. En fait, depuis septembre 2001, la guerre contre le terrorisme a fait plus de victimes innocentes que ces attaques terroristes. Ce fait n'est pas reconnu chez nous parce que les victimes de la guerre contre le terrorisme ne sont pas américaines. Mais le reste du monde ne fait pas la même distinction et l'opinion mondiale s'est retournée contre l'Amérique.