Treads on armored tank.

Ce qu’a d’inquiétant l’intervention de Poutine en Syrie.

PARIS – C’est entendu : il n’y a pas de bonne solution en Syrie.

Plus exactement : il n’y a plus de bonne solution depuis ce samedi noir de la fin août 2013 où l’opposition modérée avait encore une existence, où l’Etat Islamique n’était pas encore sorti des limbes et où Barack Obama, en une stupéfiante volte-face renonça, in extremis, à stopper la machine de guerre de Damas qui venait de franchir la ligne rouge, qu’il avait lui-même fixée, de l’utilisation des armes chimiques.

Mais il n’empêche.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/6bR5Juu/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.