4

L’inclusion financière, maintenant.

KUALA LUMPUR – Rendre le système financier accessible aux plus pauvres partout dans le monde peut libérer leur potentiel économique, améliorer leurs existences, et bénéficier à l’ensemble de l’économie. Alors il n’est pas surprenant que l’inclusion financière des pauvres soit désormais une composante importante des politiques publiques. Les banques centrales et les régulateurs partout dans le monde ont fait de l’inclusion financière une priorité, en complément de leurs mandats traditionnels de maintien de la stabilité monétaire et financière.

L’inclusion financière consiste à offrir une opportunité aux deux milliards et demi de personnes qui n’ont accès ni aux services bancaires ni aux services financiers de participer au système financier classique, ce qui leur permettrait de se libérer de la pauvreté et d’intégrer le flux économique. Une plus grande inclusion financière est la promesse d’une société plus cohésive et d’une croissance et d’un développement plus équilibrés.

En outre, ces mêmes systèmes financiers pourraient tirer bénéfice d’une approche plus exhaustive et progressive. Ces nouveaux consommateurs participant au système financier classique renforceront les économies nationales, lesquelles en retour contribueront à enrichir l’économie globale. En effet, au fur et à mesure que ces pays en développement atteindront le statut des revenus moyens, l’inclusion financière sera une composante essentielle du progrès en marche.

Dans les pays où l’exclusion financière est importante, les consommateurs sont obligés de dépendre de services officieux non règlementés. Ces substituts inférieurs impliquent souvent des coûts exorbitants pour les emprunteurs – et un financement souvent à trop court terme pour une activité d’investissement productive. En outre, l’absence de protection des consommateurs et de cadres de réglementation et de supervision expose les activités officieuses à des vulnérabilités susceptibles de causer des torts aux emprunteurs et de menacer leur stabilité financière.