Transparence : jusqu'où peut-on aller ?

PRINCETON – La transparence, tel est le mot en vogue dans le champ politique. Mais une plus grande transparence est-elle toujours souhaitable ?

Depuis la crise financière qui a éclaté en 2008, on demande une "plus grande transparence" dans le secteur des services financiers. Adoptée par le Congrès américain le mois dernier, la loi qui réforme le secteur financier exige plus de transparence des banques et des sociétés financières. Par ailleurs, grâce au travail acharné d'Oxfam America et de la coalition Publish What You Pay, la loi exige aussi des entreprises pétrolières et minières (américaines ou étrangères) qui veulent réunir des fonds aux USA de dévoiler les sommes qu'elles ont versées au gouvernement des pays dans lesquels elles opèrent.

Pour beaucoup de pays pauvres, les ressources naturelles sont davantage une malédiction qu'autre chose. Des dirigeants corrompus utilisent les milliards qu'ils reçoivent des compagnies pétrolières ou minières pour leurs extravagances personnelles ou pour acheter des armes qui les servent à écraser les mouvements de résistance démocratiques.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/jgujTfp/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.