0

Comment le Japon alimente l’instabilité financière mondiale

Ces dernières années, l’attention s’est polarisée sur le rôle de l'excédent commercial de la Chine dans l’actuel déséquilibre financier mondial, au lieu de se porter sur le rôle de la politique japonaise de taux d'intérêt quasiment nuls. Au moment où l’incertitude financière mondiale se fait plus forte, il est temps que le Japon change d'attitude.

Cette politique de taux d'intérêt très faibles a été lancée dans les années 90 pour protéger l'économie après le dégonflement de la bulle financière. Toutefois, avec le temps, elle a encouragé un carry trade financier vigoureux : au fil des ans, les spéculateurs ont emprunté en yens à faibles taux d'intérêt pour investir ailleurs, en dollar et d'autres devises, dans des actifs à haut rendement.

Ce carry trade a deux grandes caractéristiques. D’une part, il contribue à la dépréciation du yen et à l'appréciation du dollar, étant donné que ceux qui pratiquent le carry trade se détournent du yen. D’autre part, il augmente la demande mondiale d'actifs, qui entraîne une inflation des prix d'actifs.

La dépréciation du yen contre le dollar a aggravé les grands déficits commerciaux des États-Unis avec le Japon. Elle a également fait pression sur d'autres pays d'Asie orientale, contraints de sous‑évaluer leur taux de change afin de rester compétitifs avec le Japon. Compte tenu de la sous‑évaluation de la devise chinoise, les deux plus grandes d'économies d'Asie orientale ont donc ancré les taux de change dans toute la région, accroissant ainsi l'excédent commercial au détriment de l'emploi et de la croissance écomonique du reste du monde.