Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

drew42_DrewAngererGettyImages_harrisbidendemocraticdebate Drew Angerer/Getty Images

Les Démocrates vont-ils ruiner leurs chances ?

WASHINGTON, DC – Sans précédent, le nombre élevé (25 aux dernières nouvelles) de candidats à l’investiture démocrate face au président américain Donald Trump en 2020 conduit à un début de bataille déroutant. Le nombre de candidats diminuera à mesure que les qualifications pour une participation aux débats du parti se resserreront (notamment à partir de septembre), et que certains commenceront à manquer de financements. Plusieurs candidats savent qu’ils ont très peu de chances de l’emporter, mais espèrent se faire davantage connaître pour peut-être décrocher un poste au prochain gouvernement, une signature plus lucrative chez un éditeur, ou une rémunération plus élevée lors de leurs futures conférences.

La plupart des observateurs politiques d’expérience estiment que les Démocrates peuvent battre Trump, à moins qu’ils ne s’orientent trop loin à gauche, risquant alors de déplaire à ceux qui ont soutenu Barack Obama puis Trump, notamment les cols bleus et les habitants des banlieues, qui ont tranché l’élection de 2016. À plusieurs reprises lors des deux débats, on pouvait imaginer Trump esquissant un sourire. De nombreux Démocrates déchantent à présent.

Le problème pour les Démocrates, notamment dans cette phase électorale, c’est que les électeurs au stade des primaires (dans les deux partis) tendent à se montrer plus extrêmes que les partis dans leur ensemble. Le récent virage à gauche pris par les Démocrates a débuté en 2016, lorsque Bernie Sanders – qui se définit lui-même comme un « socialiste démocrate », et qui n’est pas membre du parti – est venu défier la nomination alors présumée d’Hillary Clinton. Séduisant par son insoumission, ses promesses irréalistes (et les points faibles d’Hillary elle-même), Sanders était presque parvenu à causer la perte de la candidate. Les jeunes avaient en particulier vu en lui un formidable personnage antisystème.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/ieTmHREfr;
  1. roach111_westend61_getty images_shipping trade Westend61/Getty Images

    A Global Economy Without a Cushion

    Stephen S. Roach

    From 1990 to 2008, annual growth in world trade was fully 82% faster than world GDP growth. Now, however, reflecting the unusually sharp post-crisis slowdown in global trade growth, this cushion has shrunk dramatically, to just 13% over the 2010-19 period, leaving the world economy more vulnerable to all-too-frequent shocks.

    0