0

UE : Comment les nouveaux membres peuvent-ils rattraper leur retard ?

8 des 10 nouveaux membres de l'UE se sont radicalement transformés à une vitesse sans précédent. Pour les 8 pays post-communistes, quel que soit le domaine considéré - la finance, la structure de la propriété, le secteur bancaire, le commerce extérieur, la santé, l'environnement, les marchés ou l'éducation - les institutions ont été entièrement recréées.

Dans beaucoup de ces pays en transition, l'inflation qui atteignait des sommets (251% en Pologne en 1989) a été jugulée et leurs monnaies sont maintenant totalement convertibles. Les entreprises privées tiennent le haut du pavé pour la production et l'emploi, alors qu'elles ne comptaient que pour 23,1% du PIB de la Pologne en 1989 et seulement pour 4% en République tchèque et en Slovaquie.

De la même manière, après l'effondrement du Conseil d'assistance économique mutuelle (COMECON) en 1991, ces pays ont rapidement réorienté leur commerce extérieur vers l'Ouest. Dans l'enseignement les offres de formation se sont multipliées, la pollution de l'air et de l'eau a chuté et l'espérance de vie a augmenté jusqu'à se rapprocher du niveau des pays d'Europe de l'Ouest.

Depuis le début des années 1990, la perpective de leur admission a stimulé les réformes institutionnelles chez les nouveaux pays membres. Mais s'ils représentent 20% de la population de l'UE, ils ne contribuent que pour 5% à son PIB. Aussi, la tâche qui les attend n'est pas moins difficile, ils devront combler ce fossé en augmentant leur taux de croissance pour qu'il rejoigne rapidement celui des principaux pays de l'Union.