Pedro Molina

Sauver la Syrie et l'Amérique

DENVER – Les critiques la politique au Moyen-Orient de l'Amérique rappellent la boutade de Woody Allen dans Annie Hall : « La nourriture servie ici est vraiment infecte... et les portions sont si petites ! » Les États-Unis sont tenus pour responsables de nombreux maux dans cette région et pourtant on les accuse de ne pas s'être suffisamment engagés, de « diriger l'arrière-garde », de ne pas soutenir la démocratie, d'abandonner leurs amis, etc. Compte tenu de toutes les accusations que les Etats-Unis essuient, quant à leur implication dans la région au fil des décennies, on pourrait penser que les Etats-Unis sont invités à rester chez eux.

Mais la région a un cruel besoin de leadership et les États-Unis restent le seul pays à pouvoir y répondre. Le problème pour les Etats-Unis ne vient pas des divisions du Moyen-Orient, qu'il s'agit de mieux comprendre pour s'y frayer un chemin, mais plutôt des divisions au sein des États-Unis qui ont érodé le consensus national sur de nombreuses questions de politique étrangère. Ces différences internes ont laissé les Etats-Unis à l'écart durant les derniers bouleversements au Moyen-Orient.

Les Etats-Unis ont traditionnellement deux positions en matière de politique étrangère : réaliste ou idéaliste. Mais aujourd'hui les opinions se sont fragmentées en un large éventail de positions : une situation où le besoin de leadership se fait là aussi cruellement sentir.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/LPmELDu/fr;