Des maisons de papier

Au cours des six derniers mois, l'énorme déficit commercial américain a perdu toute l'attention et les anxiétés dont il était l'objet au profit des marchés immobiliers en plein essor et de la bulle immobilière. Au moins deux des raisons de la hausse des prix des logements aux États-Unis sont bien comprises. Il reste assez incertain, cependant, qu'un marché de toute évidence en surchauffe puisse être refroidi sans entraîner les États-Unis, et ses principaux partenaires commerciaux dans le monde, dans le tourbillon d'une chute libre économique.

La flambée du marché immobilier américain est due, tout d'abord, à des taux d'intérêt bas, ce qui signifie que l'on peut emprunter de grosses sommes d'argent contre des remboursements mensuels modestes. Des taux d'intérêt bas soutiennent la capacité de remboursement, et stimulent ainsi la demande. Or, avec une demande élevée et une offre de logement fixe, en tout cas dans le court terme, les prix s'élèvent.

Ensuite, la période de 70 ans qui a débuté avec la diffusion à grande échelle de l'automobile, pendant laquelle chacun pouvait se rendre à peu près partout dans un espace métropolitain type en une demi-heure ou moins, est révolue. Avant que la propriété automobile ne devienne monnaie courante, le prix d'un terrain dépendait de sa situation géographique, et la proximité avec le centre-ville ou la gare ferroviaire locale était un plus.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Ee0sY90/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.