Négociations ardues et changement climatique

AMSTERDAM – Quand le panda sourit, le monde applaudit ; ou c'est ce qu'il semblait faire après la récente allocution du président chinois Hu Jintao aux Nations unies. À la façon dont la plupart des médias ont repris ses propos, il a semblé que la Chine avait fait une annonce importante sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Mais ce n'est pas le cas. Tout ce que le président Hu a dit en réalité, c'est que la Chine allait s'efforcer de « limiter » ses émissions de carbone d'une marge « notable ». Mais comment mesurer « s’efforcer » ou « notable » ? Pour reprendre la réponse que m’a donnée, quand j'ai insisté, une personne étroitement liée au gouvernement chinois : « ce qui a été dit ne signifie pas grand-chose ».

En fait, il n'y avait pas d’objectifs précis et, comme tout observateur de la Chine le sait, la nouvelle de rendre le gouvernement « plus vert » ne date pas d'hier. La politique chinoise officielle des dernières années porte sur une croissance du PIB plus respectueuse de l’environnement, mais pas aux dépens de la croissance elle-même – et la Chine prévoit de croître assez rapidement.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/b6Izt7S/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.