16

Qui aime la Chine ?

NEW YORK – Des dizaines de milliers de personnes « occupent » les rues remplies de gaz lacrymogène de Central district à Hong Kong pour faire reconnaître leurs droits démocratiques. Un grand nombre d'autres manifestants pourraient bientôt les rejoindre. Bien que cette agitation gêne certains hommes d'affaires et banquiers, les manifestants ont raison de protester.

Le gouvernement chinois a promis aux citoyens de Hong Kong qu'ils pourraient élire librement leur Chef de l'exécutif en 2017. Mais étant donné que les candidats doivent être soigneusement approuvés par un comité non élu de candidats pro-chinois, les citoyens risquent bien de n'avoir aucun véritable choix à faire. Seules peuvent postuler les personnes qui « aiment la Chine », c'est-à-dire qui aiment le Parti Communiste Chinois (PCC).

On peut presque comprendre pourquoi les dirigeants chinois doivent être déroutés par ce spectacle de défiance face à Hong Kong. Après tout, les Britanniques ont simplement nommé des gouverneurs quand Hong Kong était encore une colonie de la Couronne et à cette époque, personne n'a protesté.

En effet, l'accord que les sujets coloniaux de Hong Kong ont paru accepter (en leur abandonnant la politique en échange de la possibilité de rechercher la prospérité matérielle dans un environnement sûr et ordonné) n'est pas si différent de l'accord accepté par les classes instruites de la Chine d'aujourd'hui. L'opinion commune parmi fonctionnaires coloniaux britanniques, les hommes d'affaires et les diplomates, consistait à dire que de toute façon, les Chinois n'étaient pas vraiment intéressés par la politique. Seul l'argent était censé les intéresser.