0

La crise iranienne et les analogies historiques

Il est à la fois tentant et dangereux d'interpréter le présent à la lumière des analogies historiques, car rien dans l'Histoire ne se répète à l'identique. Néanmoins, il peut être utile d'analyser les trois analogies historiques auxquelles on fait souvent référence dans le cas de l'Iran pour comprendre la difficulté à répondre au problème que pose son ambition nucléaire et son obsession anti-israélienne.

La première analogie consiste à comparer le régime iranien au régime nazi. La deuxième est de faire référence à l'ancien jeu d'équilibre des pouvoirs en Europe, enfin la troisième combine les deux, tout en soulignant "l'équilibre de la terreur" durant la Guerre froide. Autrement dit, l'Iran doit-il être traité comme l'Allemagne hitlérienne de 1938, la Prusse de 1756 ou l'Union soviétique sous Staline ?

Chacune de ces analogies comporte une part de vérité, mais aucune évidemment ne correspond à la situation soulevée par le défi iranien. Et surtout, chacune, si on la considère comme fondée, devrait conduire à la mise en œuvre de mesures spécifiques, ce qui est loin d'être actuellement le cas.

Commençons par l'analogie entre le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et Hitler. Ahmadinejad poursuit un double objectif avec son obsession anti-sioniste : déligitimer Israël et légitimer la prétention iranienne de parler au nom des musulmans par-dessus la tête de gouvernements plus circonspects des autres pays musulmans. Il pense sans doute ce qu'il dit au sujet des juifs et d'Israël, mais est-il un nouvel Hitler et l'Iran d'aujourd'hui est-il l'équivalent de l'Allemagne des années 1930 ?