La construction des ponts et la mémoire historique

George Santayana, le poète et philosophe américain d'origine espagnole, nous avait prévenus : " Ceux qui ne connaissent pas le passé sont condamnés à le répéter ". C'est tout particulièrement vrai en ce qui concerne de la construction des ponts qui est marquée par des désastres à intervalles étonnamment réguliers depuis 150 ans.

En 1847, le réseau ferroviaire britannique a essuyé sa première catastrophe à Chester en Angleterre. Le pont en fonte sur la rivière Dee, d'un type répandu à ce moment là, s'est effondré au passage d'un train, tuant tous les passagers. L'enquête a montré que sa structure, la plus longue de ce type, dépassait les capacités techniques de l'époque en matière de pont ferroviaire.

En 1879, le plus long pont du monde enjambait la rivière Tay à Dundee en Ecosse. Formé de plusieurs courtes travées, sa conception n'était pas vraiment innovante et paraissait être la simple mise en œuvre d'une technique parfaitement dominée. Mais la force du vent avait été grossièrement sous-estimée et la construction n'avait pas été soignée. Aussi, a-t-il été arraché à ses appuis par un coup de vent un peu fort.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/p5ko3Nj/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.