Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

roach110_D-Keine Getty Images_stockmarketrecessiondata D-Keine/Getty Images

La crise de 2020

NEW HAVEN – Prédire la prochaine crise – financière ou économique – est un jeu de dupes. Certes, chaque crise a son héros, ayant correctement averti de ce qui allait arriver. Et, par définition, le héros a été ignoré (d'où la crise). Mais le bilan des exercices de prédiction modernes contient une note de prudence : ceux qui prédisent correctement une crise y parviennent rarement une deuxième fois.

Le mieux que les économistes puissent faire est d'évaluer la vulnérabilité. L'examen des déséquilibres de l'économie réelle ou des marchés financiers donne une idée des conséquences potentielles d'un choc majeur. Il ne faut pas grand-chose pour déclencher des corrections dans les économies et les marchés vulnérables. Cependant, une banale correction est très différente d'une crise. La gravité du choc et le degré de vulnérabilité sont importants : de gros chocs sur des systèmes très vulnérables sont une recette de crise.

Dans cet esprit, la source de vulnérabilité qui m'inquiète le plus est l'état de surcharge des bilans des banques centrales. Ma préoccupation découle de trois raisons.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/ZMcoWQhfr;

Edit Newsletter Preferences