Kissinger Stephane de Sakutin/Getty Images

L'étrange relation Trump-Kissinger

PARIS – De prime abord, Henry Kissinger, l'ancien secrétaire d'Etat américain et conseiller à la sécurité nationale, et Donald Trump n'ont rien en commun. D'un coté un vieux diplomate américain de grande envergure, expérimenté et sophistiqué, de l'autre un grossier personnage braillard, archétype de l'utilisateur de Twitter.

Pourtant, lors d'une récente émission de Face the Nation sur CBS, Kissinger a chanté les louanges de Trump, le qualifiant de "phénomène". Le choix de ce mot pose question, car on qualifie généralement de "phénomène" un savant, un artiste, un athlète olympique ou une rock-star.

Soixante ans plus tôt, le jeune Kissinger voulait familiariser les USA avec l'Histoire complexe de l'Europe et introduire un style de diplomatie secrète. Il voulait que les dirigeants américains ressemblent à des diplomates sophistiqués à l'image de Metternich ou de Bismarck. Mais comme le prix Nobel Bob Dylan l'a si bien formulé, "les temps changent", et aujourd'hui Kissinger veut expliquer au monde le style typiquement américain de Trump - un revirement qui traduit peut-être la déception qu'il a éprouvée à avoir échoué dans sa toute première entreprise.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/LP9E6Xk/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.