2

L'héritage vivant d'Helsinki

VIENNE – Il y a quarante ans, la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe s'est conclue sur la signature de l'accord final Helsinki, un triomphe historique en termes de coopération dans les conflits, qui a ouvert la voie à la fin de la Guerre froide. Cet accord représentait une approche révolutionnaire en termes de sécurité globale, ainsi que sur le plan des relations bilatérales et multilatérales. Ses signataires ont reconnu un lien direct entre les problèmes politiques et militaires et les questions des droits de l'homme, ainsi que le fait que ce lien est un composant fondamental de la paix et de la sécurité.

C'est pourquoi, depuis que la Serbie a été chargée cette année de diriger l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) issue de la Conférence d'Helsinki, nous sommes impatients de célébrer les nombreuses réussites de l'accord à l'occasion de son 40ème anniversaire. Mais avec la reprise du conflit armé en Europe, qui défie les principes fondamentaux de l'accord final Helsinki, cet anniversaire prend une nouvelle signification.

La crise en Ukraine a en fait souligné la pertinence durable de l'accord final. En effet, la seule façon de reconsolider la sécurité européenne est de parvenir à un règlement durable fondé sur ses principes. En effet, si ces principes avaient été respectés, la crise actuelle en Ukraine n'aurait tout simplement pas pu avoir lieu.

Il est maintenant évident que les racines de cette crise sont beaucoup plus profondes qu'on ne le croyait. Bien avant que n'éclate l'agitation en Ukraine, la division Est-Ouest, sur laquelle nos prédécesseurs ont beaucoup travaillé pour y mettre un terme à Helsinki, avait commencé à réapparaître. Un sentiment croissant de méfiance et d'hostilité, ainsi qu'un engagement de moins en moins fort envers la marque de sécurité globale de l'OSCE gênait la coopération dans divers secteurs. L'engagement constructif sur les questions de sécurité avait été difficile pendant un certain temps, d'où une absence de progrès sur la limitation des armements et sur d'autres points clés de l'ordre du jour de l'OSCE.