ying1_ARIS MESSINISAFP via Getty Images_airportcoronavirussuppliesaidfacemasks Aris Messinis/AFP via Getty Images

Les maillons faibles du COVID-19

SINGAPOUR – Aucun système de santé au monde n'a la capacité de faire face à un afflux de dizaines de milliers de patients en quelques semaines, comme dans le cas de la pandémie de COVID-19. Ajoutez à cela le fait que près d'une personne sur sept diagnostiquée porteuse du virus devra être hospitalisée et que près d'une sur 20 aura besoin de ventilation mécanique – et nous voilà assurés d'une surcharge de travail et de défaillances systémiques.

Si les pays développés dotés de systèmes de santé efficaces ont du mal à organiser une réponse efficace au COVID-19, alors quel espoir reste-t-il pour des systèmes bien plus faibles ? Après tout, les pays les plus pauvres manquent généralement de technologie, de formation et de ressources pour détecter les personnes infectées par le virus, pour les isoler dans des installations appropriées afin de minimiser la transmission et pour les traiter adéquatement afin de minimiser la morbidité et la mortalité.

Ces pays ont également tendance à être plus faibles dans les réponses épidémiologiques standard telles que la recherche de contacts, ainsi que dans l'acquisition et la vérification d'un approvisionnement régulier en équipements de protection individuelle (EPI) pour les professionnels de santé de première ligne. Il est vrai que des régimes plus autoritaires (un certain nombre de pays pauvres ayant sans aucun doute des régimes plus autoritaires) peuvent imposer des formes plus strictes de respect obligatoire des distances sociales. Mais ils sont peut-être moins en mesure d'atténuer les conséquences négatives de telles mesures, en particulier pour les groupes défavorisés du point de vue socio-économique.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/CCfbzvTfr