Plus de crédit pour les innovations financières ?

MOSCOU – Les sceptiques de la libéralisation et de l’innovation financières ont été confortés par la crise des marchés mondiaux de crédit de mi-2007, lorsque les problèmes de prêts hypothécaires subprimes ont apparu pour la première fois aux États-Unis. Ces sceptiques ont-ils raison ? Faut-il mettre un terme à la libéralisation financière afin d’empêcher que des crises comme la catastrophe des subprimes ne se reproduise ?

Pratiquement tout le marché des subprimes est une innovation âgée d’une dizaine d’année – le mot “subprime” n’existait dans aucune langue avant 1994 – basée sur des éléments tels les prêts hypothécaires à taux variables - options (option-ARM), de nouveaux types de CDO (collateralized debt obligations), et les SIV (structured investment vehicles). Auparavant, les investisseurs privés des États-Unis ne prêtaient tout simplement pas aux emprunteurs potentiels dont l’historique de crédit n’était pas de premier ordre.

Mais, alors qu’il apparaît parfois que la crise actuelle est due, au moins en partie, à l’innovation financière, la libéralisation du marché financier s’est avérée globalement un phénomène positif.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/ne3ptgc/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.