European Parliament/Flickr

La reconstruction de la politique européenne

PRINCETON – Bon nombre d’Européens tremblent à l’idée de l’issue probable des prochaines élections parlementaires européennes : une importante progression des partis d’opposition anti-européens, qui se présenteront très probablement comme les réels vainqueurs. Mais toute cette agitation ne résoudra pas la crise politique de l’Union Européenne.

Et la crise est profonde. Aujourd’hui, les partis anti-UE – le Front National de Marine Le Pen en France, le parti de la Liberté de Geert Wilders aux Pays-Bas, et le Parti pour l’Indépendance du Royaume Uni de Nigel Farage – sont parvenus avec succès à s’organiser en une seule ‘famille’ politique. Tandis que les familles établies – les social-démocrates, les libéraux et le bloc du Parti Populaire Européen (PPE) – ont été discréditées aux yeux de nombreux Européens.

Le problème est que les fondations morales et intellectuelles des vieux partis européens se sont rapidement érodées ces dernières années, en partie en conséquence de leur échec – ou de leur incapacité – à s’adapter aux systèmes de l’UE. S’ils n’agissent pas rapidement pour restaurer une image de crédibilité et d’efficacité digne des représentants des intérêts des électeurs, ils risquent de disparaître dans le décor politique, permettant ainsi à des populistes irresponsables d’occuper progressivement le centre de la scène.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Qe8wEHE/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.