La Turquie « forte »

JERUSALEM - L'envolée récente des actions militaires de la Turquie contre les Kurdes au Nord de l'Irak est une indication peu surprenante - mais pas totalement imprévisible - que la politique étrangère turque a subi un virage à 180 degrés en moins de deux ans. L'offensive turque est également une indication que ces modifications vont au-delà des tensions actuelles entre la Turquie et Israël, qui ne sont qu'une facette de tendances bien plus profondes.

Il y a à peine quelques années, après que l'Union Européenne a claqué la porte au nez de la Turquie (malgré quelques réformes militaires et pénales significatives par le gouvernement du Parti de la Justice et du Développement (AKP), la Turquie a réorienté sa politique loin de l'Europe vers ses plus proches voisins. L’approche « zéro conflit avec les voisins » du ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu, a donné à cette réorientation son fondement stratégique et théorique.

En tournant une nouvelle page impressionnante,  la Turquie a tendu la main à l'Arménie. Elle a adouci sa position sur Chypre. Elle a essayé d'attirer l'Iran dans un dialogue positif avec l'Occident. Elle a convaincu la Syrie de régler le différend larvé entre les deux pays frontaliers, et, fleuron de ses succès, la Turquie a engagé des pourparlers de paix entre la Syrie et Israël sous médiation turque.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/wNVyIz5/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.