0

Comment financer l'aide au développement

Parvenir à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en 2015 constitue un énorme défi pour la communauté internationale et l'on reconnaît généralement qu'il y faudra un financement supplémentaire. La question n'est donc pas tant de savoir s'il faut financer davantage, mais comment.

Plusieurs propositions sont en lice en vue d'un allégement de la dette et d'un financement supplémentaire et régulier ayant un caractère novateur. Ainsi, le ministre britannique des Finances, Gordon Brown, a fait des suggestions en ce sens. Mais la plupart des propositions soulèvent des problèmes difficiles quant à l'équilibre à trouver entre les besoins objectifs et un financement bien adapté.

Tant les donateurs que les bénéficiaires doivent veiller à la cohérence entre le financement et la capacité à l'utiliser. Ils doivent aussi veiller à ce qu'un financement public supplémentaire n'altère pas les motivations des différents intervenants et n'engendre pas des risques subjectifs. Un apport financier supplémentaire doit bénéficier aux acteurs effectifs du développement, et non pas simplement arroser les pays surendettés.

Hormis ces problèmes, les propositions de financement doivent être envisagées du point de vue des banques centrales. Les propositions les plus satisfaisantes comportent une augmentation adéquate de l'aide des pays riches et une ambitieuse libéralisation des échanges. Mais une telle politique paraît politiquement inacceptable à court terme, même si les négociations commerciales en cours sous les auspices de l'Organisation mondiale du commerce aboutissent à un financement de 350 milliards de dollars par an en faveur des pays en voie de développement en 2015 - ce qui serait satisfaisant selon les estimations de la Banque mondiale.