0

Les véritables ennemis du Hamas

JERUSALEM – En Iran, des éléments proches du pouvoir offriraient un million de dollars pour assassiner le président égyptien Hosni Moubarak en raison de son opposition au Hamas dans la bande de Gaza. Au Liban, le dirigeant du Hezbollah qui est soutenu par l'Iran et la Syrie appelle au renversement du gouvernement égyptien.

En réponse, Tariq Alhomayed, un Saoudien rédacteur en chef du journal Al-Sharq al-Awsat, qualifie le Hamas de marionnette de l'Iran et déclare que ce pays est la véritable menace contre la sécurité du monde arabe".

Le ministre des Affaires étrangères égyptien, Ahmed Aboul Gheit, est du même avis, et il n'est pas le seul. Lorsque les pays arabes se sont réunis pour discuter de la crise à Gaza, l'Arabie saoudite a opposé son veto à toute action. Même l'Autorité palestinienne estime que le Hamas est responsable des combats. Les militants nationalistes du Fatah à la tête de l'Autorité palestinienne ne cachent pas leur espoir de voir le Hamas, leur rival islamiste, perdre la guerre.

Bienvenue au nouveau Moyen-Orient, davantage caractérisé aujourd'hui par le conflit entre Arabes nationalistes et islamistes que par le conflit israélo-palestinien. Prenant en compte cette réalité, pratiquement tous les pays arabes et l'Autorité palestinienne - à l'exception de la Syrie, alliée de l'Iran - espèrent la défaite du Hamas dans la bande de Gaza. Comme ils ont tout intérêt à la défaite des groupes révolutionnaires islamistes, notamment ceux qui sont alignés sur l'Iran, ils ne sont pas enclins à se mettre à l'écoute de la "rue arabe" (bien moins agitée qu'elle ne l'était lors des précédents conflits tels que la guerre au Koweït en 1991, la révolte palestinienne en 2000-2004 et la guerre d'Israël contre le Hezbollah en 2006).