saidi5_ FAYEZ NURELDINEAFP via Getty Images_saudiarabiagascoronavirus Fayez Nureldine/AFP via Getty Images

COVID-19 et combinaison d’événements négatifs pour le monde arabe

BEYROUTH – Les économies du Moyen-Orient et du Conseil de coopération du Golfe (CCG) s’orientent vers une récession en 2020, engendrée par la pandémie de COVID-19, l’effondrement des prix du pétrole, et l’actuelle crise financière mondiale.

La propagation rapide de la pandémie mondiale – dont l’Europe est devenue le nouvel épicentre – crée un choc du côté de l’offre comme de la demande. D’un côté, le choc d’offre résulte des baisses de production, des fermetures d’usines, ainsi que de la perturbation des chaînes d’approvisionnement, du commerce et des transports, sans oublier la hausse des prix de fourniture des matières premières, ou encore le resserrement du crédit. De l’autre, le choc de demande globale est la conséquence de moindres dépenses des consommateurs – en raison des quarantaines, de la « distanciation sociale », et des pertes de revenus liées aux difficultés et fermetures de lieux de travail – ainsi que du report des dépenses d’investissement.

Les deux plus grandes puissances économiques du monde arabe, Arabie saoudite et Émirats arabes unis, luttent de manière proactive contre la propagation du COVID-19, notamment en fermant les écoles et les universités, ainsi qu’en déprogrammant de grands événements tels que la foire Art Dubai et la course hippique Dubai World Cup. De même, le Bahreïn a reporté son Grand Prix de formule 1.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/Kwhl6JPfr