Greenspan, adepte de la méthode Coué

A la veille de la réunion du G 7 à Londres, le président de la Réserve fédérale, Alan Greenspan, a fait un virage à 180° en minimisant les conséquences du déficit commercial américain. “ La pression du marché… devrait permettre de stabiliser et peut-être de réduire sur le long terme le déficit des comptes courants américains et les besoins de financement qui l’accompagnent”, a-t-il déclaré. Mais seulement deux mois auparavant, à Francfort, il s’était montré bien plus alarmiste en affirmant que le déficit commercial américain ne pourrait se prolonger indéfiniment sans une dépréciation du dollar. Que se passe-t-il ?

Le déficit commercial tend à diminuer. Le déficit commercial de décembre est estimé à 56 milliards de dollars, un progrès par rapport au mois de novembre pour lequel le chiffre annoncé était de 60,3 milliards (mais va être revu à la baisse à cause d’une erreur statistique des autorités canadiennes).

C’est néanmoins la politique et non l’économie qui permet de comprendre le revirement du président de la Réserve fédérale au sujet des faiblesses de l’économie américaine vis-à-vis de l’étranger. Sa déclaration en novembre à Francfort avait choqué les responsables de la Banque centrale européenne (BCE) qui y ont vu une “provocation” qui a rapidement entraîné le dollar dans une dégringolade involontaire. Le maestro de la Féd devait éviter à tout prix de répéter ce type d’exploit à la veille de la réunion du G 7 qui est supposée servir de modèle de coopération internationale. Aussi, a-t-il décider de proposer une trêve aux Européens.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/6VVEyFW/fr;