La bombe à retardement grecque

ATHENES – L’enjeu des prochaines élections grecques est grand. En effet, le résultat pourrait déterminer le maintien ou non du pays dans la zone euro, avec des implications profondes pour le reste de l'union monétaire.

Syriza, un parti de gauche radicale dont la popularité a grimpé en flèche sur fond de la crise économique du pays, est le favori dans les sondages, mais il est peu probable qu’il gagne assez de sièges parlementaires pour gouverner seul. Par contre, il dirigera probablement un gouvernement de coalition, dont les autres parties restent incertaines.

Le thème économique est fondamental dans le programme de Syriza, conçu pour contrecarrer l'impact de l'austérité trop stricte que les Grecs ont enduré pendant les quatre dernières années et demi, en échange des plans de sauvetage de la « troïka » formée par la Banque centrale européenne, le Fonds monétaire international Fonds et la Commission européenne. Les pensions ont été réduites de 40%, en moyenne, tandis que la classe moyenne souffre sous le poids de nouveaux impôts fonciers paralysants.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/HlZ3qxs/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.