Quel est le plan B pour la Grèce?

TOKYO – Les marchés financiers ont réagi à l'élection du nouveau gouvernement d'extrême-gauche de la Grèce de manière prévisible. Pourtant, bien que la victoire du parti Syriza ait fait plonger les actions et obligations grecques, il y a peu de signes de contagion à d'autres pays en difficulté de la périphérie de la zone euro. Les obligations espagnoles à dix ans, par exemple, se négocient toujours à des taux d'intérêt inférieurs aux bons du Trésor américain. La question est combien de temps ce calme relatif sera de vigueur.

Il est communément supposé que le nouveau gouvernement enflammé de la Grèce n’aura guère d'autre choix que de s’en tenir au programme de réformes structurelles entamé par son prédécesseur, peut-être en échange d'un modeste assouplissement de l'austérité budgétaire. Néanmoins, les dimensions politiques, sociales et économiques de la victoire de Syriza sont trop importantes pour être ignorées. En effet, il est impossible d'exclure complètement une sortie grecque de l'euro pure et dure ("Grexit"), et encore moins des contrôles de capitaux qui diminueraient dans les faits la valeur de l'euro à l'intérieur des frontières grecques.

Certains responsables politiques de la zone euro semblent être convaincus qu'une sortie de la Grèce de l'euro, pure et dure ou de fait, ne représente plus une menace pour les autres pays de la périphérie. Ils pourraient avoir raison ; et pourtant, il faut rappeler qu’en 2008, les décideurs américains pensaient que l'effondrement d'une maison d'investissement, Bear Stearns, avait préparé les marchés à la faillite d'une autre, Lehman Brothers. Nous savons comment cela s’est terminé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/MQo3TYX/fr;