Toujours pas de sortie pour la Grèce

WASHINGTON, DC – Les sondages à l'approche des élections législatives anticipées de la Grèce le 25 janvier indiquent que le parti de gauche Syriza est susceptible de remporter la plus grande part des voix. Syriza risque ainsi de remporter une prime cruciale d'après la Loi électorale grecque, selon laquelle le parti qui remporte le plus de votes se voit attribuer un supplément de 50 sièges sur les 300 du Parlement. En d'autres termes Syriza pourrait accéder au pouvoir, ce qui risque d'avoir des implications énormes pour la Grèce et l'Europe.

Syriza est plus une coalition qu'un parti unifié, ce qui signifie que son chef Alexis Tsipras doit concilier les socialistes modérés (dont font partie certains de ses conseillers économiques), avec des députés radicaux de gauche. La mise en œuvre et l'impact de l'ordre du jour de Syriza, en particulier son programme économique décisif, vont dépendre de la nouvelle capacité du gouvernement à maintenir l'aide nationale et le compromis avec les créanciers de la Grèce à l'étranger.

Le programme économique de Syriza rejette les mesures d'austérité soutenues ou, selon l'avis de certains, imposées par la « troïka » (le Fonds Monétaire International, la Banque Centrale Européenne et la Commission Européenne). Ces mesures nécessitent que la Grèce maintienne un excédent budgétaire primaire très fort (plus de 4% du PIB) pendant de nombreuses années.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/dmsF0KH/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.