Greek Parliament Kostas Pikoulas/ZumaPress

Le plan de privatisation rancunier de l'Europe pour la Grèce

ATHÈNES – Le 12 juillet, le sommet des dirigeants de la zone euro a dicté les termes de sa capitulation au Premier ministre grec Alexis Tsipras, qui, terrifié par les autres solutions, a tout accepté en bloc. Un de ces termes concernait la liquidation des avoirs publics restants de la Grèce.

Les dirigeants de la zone euro ont exigé que des biens publics grecs soient transférés à un fonds de type Treuhand (un véhicule de vente au rabais, similaire à celui utilisé après la chute du mur de Berlin pour privatiser rapidement, au prix d'une forte perte financière et avec des effets dévastateurs sur l'emploi, de tous des biens publics de l'État moribond de l'Allemagne de l'Est.

Ce Treuhand grec devait être basé (tenez-vous bien) au Luxembourg et devait être dirigé par un groupe supervisé par le ministre des Finances de l'Allemagne, Wolfgang Schäuble, l'auteur du plan. Il est censé effectuer l'ensemble des ventes au rabais d'ici trois ans. Mais alors que les travaux du plan Treuhand original s'accompagnaient d'investissements importants dans les infrastructures en Allemagne de l'Ouest et de transferts sociaux à grande échelle pour la population d'Allemagne de l'Est, les citoyens de la Grèce ne vont recevoir aucun avantage correspondant d'aucune sorte.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/XBMEFSk/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.