emelien1_ThierryChesnotGettyImages_macronshakingfanshands Thierry Chesnot/Getty Images

Vaincre le populisme par la base

PARIS – Les partis politiques qui ont alterné à la tête des démocraties occidentales sont profondément ébranlés. La plupart ont souffert de sévères défaites électorales – songeons à la France, à l’Italie, à la Grèce, au Royaume-Uni...D’autres ont presque tout changé sauf leur nom : le parti républicain de Donald Trump n’a plus grand-chose à voir avec celui de Ronald Reagan.

Partout, les dirigeants des partis autrefois dominants oscillent entre le déni et le désespoir, tandis que les populistes continuent de croître. Certains refusent de reconnaître la moindre cause légitime à leur échec, accusant les soutiens de leurs opposants d’être « déplorables », comme Hillary Clinton l’a fait peu avant sa défaite. D’autres sont tellement pétrifiés par la vague populiste qu’ils ne parviennent pas à concevoir une contre-offensive.

Aucune de ces deux attitudes ne peut nous sortir de l’impasse. La reconstruction d’un camp progressiste doit commencer par un diagnostic implacable des échecs des partis traditionnels. Il s’agit d’abord de leur incapacité à prendre en charge les plus importants problèmes de l’époque. Préférant s’affronter sur des terrains de bataille épuisés, ils sont restés aveugles au ralentissement de la mobilité sociale, à l’urgence environnementale, aux inégalités territoriales, aux tensions suscitées par le multiculturalisme, etc.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/DfyyXwofr