0

Evaluer l’Obamanomique

PALO ALTO – Il est encore un peu tôt pour évaluer l’intégralité de l’impact économique des politiques proposées ou adoptées par le Président Barack Obama mais une lecture préliminaire montre des bénéfices limités à court terme pour des coûts importants à long terme. Cette administration exploite une situation de crise pour mettre en place un vaste programme qui est sensé remettre en marche l’ensemble de l’économie américaine, des services financiers et du secteur automobile à la santé, l’énergie et la distribution de revenu.

Obama a sous-traité les détails de sa politique de relance de 787 milliards de dollars au Congrès, et bien sur, les vieux barons de cette assemblée l’ont farcie de porc et de mesures sociales. Seuls 4% à 6% de ces fonds ont depuis été dépensé et le gouvernement fédéral commence à faire pression sur les états, comme par exemple en Californie ; cette dernière ne doit pas procéder à une légère baisse des salaires de quelques ouvriers syndiqués si elle ne veut pas perdre l’aide de 7 milliards de dollars prévue. (L’intervention dans les relations contractuelles ex post pour appuyer les demandes syndicales est l’une des caractéristiques de cette administration).

Le programme d’allègement des saisies est même beaucoup plus lent à se mettre en place et devrait se confronter à un certain nombre de problèmes quant au traitement des hypothèques défaillantes, lequel pourrait en provoquer de nouvelles.

Donc la relance est très coûteuse et une opportunité bâclée. Obama aurait pu suspendre l’impôt sur le revenu pendant une année, par exemple, ce qui aurait permis aux citoyens de garder l’argent directement dans leur poche et aux entreprises de moins recourir aux licenciements.