UN Photo/Albert Gonzalez Farran

Tous les enfants ont droit à l'éducation et à la sécurité

LONDRES – L'enlèvement de plus de 200 écolières au nord du Nigéria par des terroristes islamistes du groupe Boko Haram est une atrocité innommable. Malheureusement, ce n'est que le dernier épisode d'une guerre particulièrement cruelle menée contre le droit fondamental de tous les enfants à l'éducation. C'est une guerre à l'échelle de la planète, comme le montrent les atrocités du même genre qui ont été commises au Pakistan, en Afghanistan et en Somalie.

Selon la Coalition mondiale de protection de l'éducation contre les agressions (GCPEA, Global Coalition to Protect Education from Attack), il y a eu 10 000 actes de violence contre des écoles et des universités au cours des quatre dernières années. Les preuves de ces agissements sont nombreuses et accablantes, qu'il s'agisse des 29 écoliers tués probablement par des activistes du groupe Boko Haram dans l'Etat de Yobe au Nigéria au début de l'année, des écoliers somaliens enrôlés de force comme soldats, des jeunes garçons musulmans attaqués par des bouddhistes ou des nationalistes birmans au Myanmar et des écolières afghanes et pakistanaises bombardées, tuées à coups de fusil ou empoisonnées par les talibans pour oser vouloir aller à l'école.

Ce ne sont pas des cas isolés d'enfants pris entre deux feux, c'est ce qui arrive lorsque les écoles deviennent la cible de terroristes qui considèrent l'éducation comme une menace (littéralement Boko Haram signifie : "l'éducation occidentale est un péché"). Des groupes armés s'en prennent aux écoles dans une trentaine de pays, notamment en Afghanistan, en Colombie, au Pakistan, en Somalie, au Soudan et en Syrie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/zdzj6Nt/fr;