5

Tous les enfants du monde ont droit à l'éducation

LONDRES – A l'approche du troisième anniversaire de la guerre civile en Syrie, se déroule une course contre la montre pour mettre sur pied un projet éducatif sans précédent en faveur des premières victimes de ce conflit : les centaines de milliers d'enfants réfugiés.

Le nombre d'enfants syriens déplacés ou réfugiés est proprement terrifiant, il dépasse trois millions ! Plus d'un million d'entre eux ont fui la Syrie et croupissent dans des camps dans les pays voisins, au Liban, en Jordanie et en Turquie. Ils endurent un troisième hiver loin de chez eux, de leur école et de leurs amis. Beaucoup sont séparés de leur famille et chaque jour des milliers de nouveaux arrivants se joignent à eux dans ce qui devient la plus grande catastrophe humanitaire de notre époque.

Pourtant au Liban un projet novateur regroupant enseignants, agences et ONG spécialisées dans l'éducation ouvre une perspective d'espoir. Au milieu des cabanes de fortune et de la misère, dans le chaos des camps, commence un combat pour la reconnaissance d'un nouveau principe fondamental : même en cas de guerre, les enfants doivent avoir accès à l'éducation.

Il y a 150 ans, la Croix Rouge énonçait les normes minimales en matière de structures de soins, même dans les zones de conflit. Ces normes sont appliquées par Médecins sans frontières dont les docteurs risquent leur vie depuis 40 ans pour apporter une aide médicale dans les endroits les plus dangereux de la planète.