0

Mondialisation et ONU

Après le terrible mois de septembre, quand les attaques terroristes et les représailles qui s'en sont suivies ont contribué à amonceler les nuages au-dessus de l'économie mondiale, novembre a démontré la résistance de la mondialisation. La dépression économique mondiale a conduit la plupart des pays à s'allier, non seulement dans la chasse aux terroristes, mais également dans le renforcement de la coopération mondiale. Plusieurs événements survenus en novembre laissent planer l'espoir d'une communauté internationale plus forte, avec les avantages économiques qui s'ensuivent.

Tout d'abord, plus de 100 pays se sont rassemblés à Marrakech, au Maroc, afin de conclure un accord unique de l'ONU portant sur la limitation des changements climatiques mondiaux. Ces pays ont accepté de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre afin de ralentir le processus de réchauffement mondial.

Oui, les Etats-Unis ne participent pas encore à l'accord, même si l'Amérique représente le pays qui contribue le plus au monde aux émissions de gaz à effet de serre. Toutefois, la possibilité de parvenir à un accord mondial malgré l'absence des Etats-Unis peut s'avérer pleine de promesses. Aucun pays isolé, même la plus grande économie mondiale, ne peut arrêter la coopération d'autres pays. Les Etats-Unis pourraient bientôt participer à ces discussions internationales.

Deuxièmement, la communauté mondiale a accueilli la Chine dans l'Organisation mondiale du commerce. Pendant des centaines d'années, la Chine s'est elle-même tenue à distance de l'économie mondiale. Puis, au milieu du 19 e siècle, elle a souffert des puissances impérialistes européennes qui avaient acquis une supériorité technologique et industrielle sur la Chine et avaient utilisé cet avantage pour imposer des concessions commerciales à la dynastie Ching.