1

Football et mondialisation

Cambridge – Comment la mondialisation change-t-elle la répartition des richesses et modifie-t-elle les possibilités de réussite sur la planète ? Est-elle un élan vers le mieux qui permet aux pays pauvres de sortir de la misère en participant aux marchés mondiaux ou bien est-ce seulement une petite minorité qui en tire d'importants bénéfices ?

Pour répondre à ces questions, tournons-nous vers le foot. Depuis que les clubs européens imposent moins de restriction au nombre de joueurs étrangers, ce sport s'est véritablement mondialisé. Les joueurs africains notamment se retrouvent un peu partout, à l'image de l'habituelle cohorte de Brésiliens et d'Argentins. A tel point que la présence étrangère dans les équipes de foot surpasse tout ce que l'on peut voir dans le commerce international.

L'Arsenal qui est maintenant en tête de la Premier League anglaise aligne 11 joueurs, dont généralement pas un seul britannique. Tous les joueurs anglais des quatre clubs britanniques qui ont participé récemment au 8° de finale de la Ligue des Champions de l'UEFA ne suffiraient pas à former une seule équipe.

Il ne fait guère de doute que la présence étrangère rehausse la qualité de jeu dans les championnats européens. Le football européen serait bien moins palpitant sans des buteurs comme l'Ivoirien Didier Drogba qui joue pour Chelsea ou le Camerounais Samuel Eto qui joue pour Barcelone. L'intérêt pour les joueurs africains est facile à voir. Ils gagnent beaucoup d'argent en monnayant leur talent en Europe – pas seulement dans les meilleurs clubs de la Premiership ou de la Primera Liga espagnole, mais aussi dans les innombrables clubs "nouveaux riches" de Russie, d'Ukraine ou de Turquie.