7

Des solutions globales face à des défis globaux

OXFORD – Les dernières décennies de mondialisation et d’innovation ont permis au monde d’accomplir les avancées les plus rapides de toute l’histoire de l’humanité. La pauvreté a reculé. L’espérance de vie a augmenté. La création de richesse a atteint une ampleur que nos ancêtres n’auraient pu imaginer. Les nouvelles ne sont néanmoins pas toutes favorables. En effet, les accomplissements générés par la mondialisation se trouvent aujourd’hui menacés.  

Tandis que le monde profitait de tous les bienfaits de cette mondialisation, il a échoué à appréhender un certain nombre de complications inhérentes à l’intégration croissante de nos sociétés, de notre économie, et des infrastructures de la vie moderne. Ainsi, nous sommes-nous exposés à un certain nombre de risques systémiques peu soucieux des frontières.

Non seulement ces menaces déferlent-elles par-delà les frontières nationales, mais elles ignorent la démarcation traditionnelle entre industries et organisations. En raison de son caractère intégré, le système financier propage lui-même les crises économiques. Les lignes aériennes internationales permettent aux épidémies de s’étendre. L’interconnexion informatique crée un terrain de chasse propice à la cybercriminalité. Les djihadistes du Moyen-Orient usent de l’outil Internet pour recruter de jeunes Européens. Le niveau de vie ne cesse de s’élever, et avec lui les émissions de gaz à effet de serre, qui accélèrent le rythme du changement climatique.   

Produit dérivé de la mondialisation, ce feu des crises qui autrefois ne frappait que localement, et se dissipait rapidement, menace désormais à chaque apparition d’embraser le globe. Il suffirait d’une épidémie, d’une montée des eaux, ou encore d’une cyberattaque dans la City de Londres ou à Wall Street pour plonger la planète toute entière dans une spirale financière destructrice.